Récit de voyage / Mexique – Road trip entre potes

CANCUN / VALLADOLID / HOLBOX / CHICHEN ITZA / MERIDA / CAMPECHE / CALAKMUL / TULUM / PLAYA DEL CARMEN / COZUMEL

1604454_10205006946230258_3854294345753759503_n

CANCUN

Pas le temps de souffler, après 11h de vol serrés comme des sardines, il a fallu retrouver toute nos forces et notre énergie pour récupérer notre voiture préalablement réservée, au comptoir du loueur de voiture de l’aéroport international de Cancun. En guise de bonne surprise, l’agent de comptoir avait un souci avec notre réservation … Ça commençait bien

C’est donc après 1h de déboires que nous avons enfin récupéré notre véhicule avec GPS offert (pour la bonne surprise), et que nous nous sommes enfin dirigés vers notre auberge de jeunesse.  Nous sommes arrivés à 22h à l’auberge, épuisés et complément sales. Après une rapide douche, tout le monde est rapidement tombé dans les bras de Morphée … Mais comme prévu, nous nous sommes réveillés à 2h du mat …  Décalage horaire quand tu nous tiens ! Complètement jetlagués,  nous étions tous lavés et prêts pour déambuler dans les rues de Cancun à 7h du matin !  A notre sortie de l’auberge, bien entendu pas un chat dans les rues… Si ce n’est quelques jeunes mexicains en train de cuver leur Tequila de la veille. Notre première journée, fut consacrée à la découverte de la ville, à ses échoppes et à ses plages … Inutile de préciser que les plages bien que bétonnées sont magnifiques, et l’eau rafraichissante sous les 40 degrés ambiants, nous faisait un bien fou. Après avoir attrapé nos premiers coups de soleil et fait nos premiers achats attrapes touristes, nous décidons de partir à la conquête des ruelles de la vieille ville afin de dégoter un bon restaurant mexicain …

Quelques tacos, et quesadillas plus tard, et nous voilà de retour sur le chemin de l’auberge pour retrouver nos merveilleux lits superposés.

Nous avons quitté Cancún le lendemain matin pour rejoindre des terres plus reculées de la magnifique ville coloniale de Valladolid … Mais non pas sans embuches … Sur la route de Cancún à Valladolid, nous avons eu la surprise de nous faire arrêter à un barrage militaire afin de nous faire fouiller … Nous nous serions crus dans un film ! Peu cordiaux et munis de leurs gros fusils, nous n’avons même pas tenté un sourire et nous nous sommes faits petits même en sachant que nous ne transportions pas de marijuana et autres substances illégales …

.

VALLADOLID / HOLBOX (requins baleines)

.
Apres de telles péripéties, que ne fut pas notre joie en arrivant ! Nous avons constaté une nette différence entre la bruyante Cancun où les hôtels abondent, et la calme et reposante Valladolid … Bref nous sommes enchantés de nos 2 jours passés dans notre maison d’hôtes aux allures d’hacienda Mexicaine, et de nos excursions aux fin fond du Quintana Roo (autre état du Mexique) et du Yucatán. (Valladolid étant dans le Yucatán et Cancún dans le Quintana Roo).
Pendant ces 2 jours de quiétude, tels des explorateurs colons, nous sommes partis à la découverte de notre bien aimée cité coloniale où une majestueuse cathédrale à l’architecture espagnole prenait pied au milieu de la place principale … Nous avons ensuite décidé de nous rafraîchir un peu dans l’un des multiples Cenotes de la région. Un cenote c’est une lac souterrain dans une grotte ou les reflets de l’eau turquoise et translucide, se reflètent sur les parois … Ce premier cenote que nous avons visité bien que joli était trop touristique à notre goût et avons décidé de profiter du petit bassin de notre hacienda avant d’aller manger des Tacos épicés dans un restaurant mexicain que nous avions découvert le midi même …

Le lendemain, une fois n’est pas coutume nous nous sommes levés à 3h du matin … (après avoir malencontreusement fait peur au gardien de la maison qui dormait paisiblement dans son hamac.

Peur c’est peu dire, il m’a carrément jeté sa couverture à la figure, le pauvre …)

Mais cette fois ci, ce n’est pas le décalage horaire qui nous poussa à nous réveiller si tôt … Nous voulions prendre la route direction Chiquila puis l’île de Holbox afin de nager … Avec des requins baleines ! Arrivés sur place, nous avons rapidement sauté dans un petit bateau … Après quelques hauts les cœurs et quelques tentatives de vomis express dans la mer, nous sommes arrivés à hauteur d’un requin baleine Tiburon d’au minimum 6m, avons enfilé masques, palmes et tubas et avons sauté dans l’eau verte du golfe du Mexique accompagné de notre adorable guide Ramon … Je vous laisse imaginer la sensation de se retrouver à à peine 1m de ce gros poisson cartilagineux et même de pouvoir toucher ce géant des mers qui nageait avec une telle grâce, accompagné de ses poissons compagnons et quelques dauphins solitaires … C’était magique ! Probablement l’un des moments forts du voyage ! Malheureusement toutes les bonnes choses ont une fin. Après avoir quitté notre ami géant et laissé un autre vomi, nous sommes rentrés à Valladolid qui nous manquait déjà. Arrivés dans notre ciudad adorée (on ne s’en lasse pas) nous avons décidé de visiter un autre cenote mais moins touristique cette fois ci … Et c’est peu dire, il n’y avait quasiment personne à l’exception d’un couple de français qui se plaisait à apprécier leur vacances plutôt que de prendre le RER. (Je cite)

Rafraîchis et reposés, nous sommes rentrés passer notre dernière nuit dans notre hacienda, paradis au milieu de la ville, afin de repartir en pleine forme le lendemain à la conquête de Chichen Itza, la cité Maya devenue depuis 2007 membre des 7 nouvelles merveilles du monde …

.

CHICHEN ITZA

.

Sacs à dos: ok … Lunettes de soleil: ok … Litres d’eau: ok ! … Appareils photos: ok ! Ce jeudi matin 9h nous étions prêts à quitter notre hacienda mexicaine pour aller explorer la magnifique cité maya de Chichen Itza, membre des 7 nouvelles merveilles du monde … A peine 45 min de route depuis Valladolid pour se retrouver au milieu de la jungle et avoir la chance de contempler ces majestueuses ruines … Ce fut 45 min bien trop longues à mon goût, cela faisait tant d’années que je voulais les voir, depuis que je m´étais lancé à la conquête des 7 nouvelles merveilles du monde en 2010 … Je vous laisse imaginer mon impatience et mon émotion, d’ailleurs partagée avec le reste du groupe, une fois arrivés à destination … A notre grande surprise, le site était calme … Seuls quelques groupes de touristes avec leur guides s’amusaient à taper dans leur main pour faire revenir un son en écho entre les parois des pyramides mayas. Sans commentaires.
Nous nous sommes vraiment sentis petits face à ces monuments datant d’environ 2000 ans … Et je peux dire que nous nous sommes aussi d’ailleurs sentis privilégiés car étant arrivés tôt sur le site, il n’y avait personne … Nous avons échappé de justesse aux hordes de japonais avec leur ombrelles roses fuchsias … 

Nous avons terminé notre exploration des ruines par le fameux jeu de balles maya où la fin du jeu se terminait par un sacrifice … Soit celui du plus faible car il n’était d’aucune utilité, soit celui du plus fort pour offrir un présent de qualité aux dieux … Sympa ! Tels des Indiana Jones ou des Lara Croft, en explorant ce site nous en avons pris plein les yeux …

.

MERIDA

.

La visite du site Maya terminée, nous sommes partis en direction de Merida, ville beaucoup plus grande et beaucoup plus bruyante que sa cousine de l’est Valladolid.
Bruyante c’est peu dire … Nous sommes arrivés sous une chaleur étouffante, avec des bruits de Klaxons et des mexicains qui brayaient de toutes parts … Cette ville, bien que typique est un enfer ! Nous nous sommes vite rendus dans notre hôtel afin de nous reposer, et profiter d’un peu de calme avant d’affronter la ville le soir même …
Notre hôtel aux allures de villa marocaine avec ses couleurs des jardins de Majorelle à Marrakech, était un vrai havre de paix, un oasis de tranquillité et de verdure au milieu de cet enfer, avec un personnel tout aussi attentionné qu’à Valladolid …

Après un repos bien mérité, quand nous nous sommes décidé à sortir, nous nous sommes fait surprendre par une tempête tropicale très impressionnante qui nous obligea à rester cloîtrés dans la chambre. La puissance de l’orage était telle que nous n’avions plus d’électricité, donc puis de WIFI, comment survivre ? mais pire: plus de clim. Je vous laisse imaginer notre désarroi. Bloqués dans la chambre, dans une atmosphère chaude et humide et la faim qui commençait à se faire ressentir… la fin du monde était proche …
Mais comme toute tempête tropicale qui se respecte, elles sont impressionnantes mais ne durent pas plus d’1h. Nous sommes donc partis à la conquête de la ville à la tombée du jour, où les rues étaient encore un peu inondées mais surtout ou le courant n’était toujours pas rétabli dans certains quartiers …

Ou pouvions nous donc manger ? Nous avons donc trouvé un restaurant italien qui cuisinait au gaz, et avons dégusté des pâtes à la tomate et au piment à la lumière de 2 pauvres bougies, et comme compagnons nos amis les moustiques … Mais après avoir mangé au moment de sortir la carte de crédit, nous nous sommes rendus compte qu’on ne pouvait pas payer car leur machine à cartes ne fonctionnaient pas ! Et nous n’avions plus d´espèces … Il a fallu laisser en otage 2 personnes du groupe pendant qu’une autre personne et moi, devions partir à la conquête de la ville de nuit sans lumières, pour trouver un distributeur qui marchait encore … Mais comment savoir quelle partie de la ville avait du courant ? Nous avons demandé de l’aide à un mexicain d’une boutique, qui nous a gentiment proposé de le suivre … C’est donc avec méfiance que nous l’avons suivi mais sommes bien arrivés devant le dit distributeur que l’on attendait tant, à l’intérieur d’un petit magasin local.
Surprise en ressortant, notre ami mexicain nous attendait pour qu’on aille visiter sa boutique … Il a fallu réagir vite … Ni une ni deux, j‘ai inventé un bobard comme quoi j’avais un problème et qu’il fallait d’urgence que je téléphone en France … Ce monsieur n’était certainement pas de mauvaise intention, mais il vaut mieux faire attention. Nous sommes arrivés au restaurant afin de délivrer le reste de la troupe et nous sommes rentrés dans notre oasis marocaine afin de profiter d’une bonne nuit complète et sans réveil cette fois ci …

Avant de partir visiter Merida le lendemain …

10515233_10204185246008266_3077375988296859205_o
Et c’est donc après une nuit complète et un bon petit déjeuner plein de fruits que nous sommes partis visiter la ville infernale sous une chaleur torride … Comme toutes les villes coloniales d’Amérique latine, elle est disposée de la même manière, à savoir une cathédrale majestueuse en plein milieu bordée d’un immense parc à la végétation luxuriante, et les drapeaux du pays plantés aux 4 coins de la place. Le tout encerclé d’un dédale de rues toutes aussi colorées les unes que les autres où l’installation du réseau électrique est quelque peu archaïque et laisse à désirer … Mais c’est tout à fait typique et on en prend plein la vue !
C’est donc sous une chaleur étouffante que nous avons quitté l’enfer de Merida pour rejoindre la ville de Campeche dans l’état du même nom, qui on l’espère sera plus rafraîchissante, puisqu’elle est situé en bord du golfe du Mexique …

.

CAMPECHE

.

Après une courte visite de l’infernale Merida ce vendredi matin nous nous sommes hâtés vers la ville de Campeche, qui s’avère être très différente de sa voisine plus au nord. (A prononcer Campetché) Leur seul point commun reste la place centrale de style coloniale, avec son immense cathédrale qui la surplombe. Pour le reste, la ville est vraiment différente, à savoir beaucoup plus aérée car elle est en bord de mer, et remplie de dédales de ruelles charmants, aux milles couleurs. La ville nous a aussi paru plus riche car on y trouve un immense centre commercial aux allures de Galleries Lafayette locales, ou les mexicaines ornées de milles bijoux, et bien habillées se plaisent à se pavaner entre les différentes boutiques de luxe. Pour ne rien vous cacher, pauvres touristes que nous sommes nous avons apprécié de passer un peu de temps dans cet endroit, car il était frais. Nous n’avons pas manqué de faire une pause glace rafraichissante. Mais Campeche la belle ne se résume pas qu’à son centre commercial, le centre-ville est entouré de remparts et de canons entourés de divers palmiers qui lui donne un air de ville-pirate. Les 2 hôtels que nous avons eus aux influences maritimes n’étaient pas sans rappeler que nous étions dans une ville portuaire au vu de la décoration.

Nous avons vraiment apprécié. 

Petit bémol cependant pour nos estomacs. Le premier soir étant fatigués mais affamés nous nous sommes mis en quête d’un restaurant local et pas cher afin de nous restaurer. Je ne sais pas si c’est la fatigue de la route, mais nous n’avons pas su trouver de rues avec quelques restaurants, et nous nous sommes retrouvés dans un espèce de boui-boui local très sommaire où la carte proposait de vulgaires imitations de paninis mi français mi mexicain avec de la viande recomposée. Pas cher, mais tout juste mangeable. (9€ pour tout le monde) … Mais nous avions bien rigolé car l’ambiance était vraiment locale avec des mexicains qui brayaient de toutes parts, des grosses mamas mexicaines assises tant bien que mal sur leur chaise rouge de marque Coca Cola dont la graisse de leurs hanches sortait de chaque côtés, et des chanteurs locaux avec une voix à faire trembler les murs … (Déjà pas très solides) Campeche est vraiment pleine de surprises, et serions bien restés un jour de plus pour profiter de la piscine, puisque le Golf du Mexique qui borde la ville bien que joli n’est pas aussi agréable que la mer des caraïbes à l’est du pays.

.

CALAKMUL

.

C’est donc le dimanche matin suivant que nous nous sommes lancés à la conquête des ruines de Calakmul, à 5h de Campeche en pleine jungle tout près du Guatemala. La route pour s’y rendre depuis Campeche n’est pas très intéressante, on y traverse de petites bourgades sans intérêt à mesure qu’on s’éloigne de la côte. La route devient intéressante à 60km de Calakmul à l’entrée de la réserve de biosphère. En effet 60km sont censés se faire en 45 min au grand max sur une route normale, mais là c’était une route sans goudron avec des cailloux et des trous de toutes parts entre les lianes et les arbres qui décoraient la route, et qui lui donnaient un air de sentier perdu. Nous avons donc mis plus 1h30 depuis la sortie de la route goudronnée pour rejoindre le site des fameuses pyramides de Calakmul, les plus imposantes pyramides mayas de la région.10541393_10204221726360252_916358321002549777_o 

Après avoir garé la voiture sur un parking local, et après avoir marché encore 30 min à pied dans la jungle sur un sentier à peine goudronné nous nous sommes enfin retrouvés au pied de l’une des immenses pyramides dont le sommet dépassait les arbres de la forêt tropicale. La différence avec les ruines touristiques de Chichen Itza c’est que nous étions seuls et avons pu escalader les pyramides. Je vous laisse imaginer la vue que nous avions, comme si nous étions sur le sommet du monde, à contempler la jungle décorée de ses arbres tropicaux, des lianes, ses fleurs qui grimpaient tels des lierres sur les parois des temples, ainsi que le bruit des toucans qui résonnait. Nous étions comme des privilégiés, comme si la jungle nous appartenait. Une vraie sensation d’aventure bien récompensée car il est vrai que bien que sportive, monter les centaines de marches épaisses et raides des pyramides n’est pas chose facile quand il fait chaud, lourd et humide. Nous étions épuisés arrivés aux sommets, mais heureux de pouvoir contempler un tel panorama sauvage, où on se plaisait à imaginer quelques jaguars et autres félins protégés qui devaient être dans les parages, mais mis à part de gros dindons nous n’avons rien vu. Calakmul est une réserve de biosphère ou l’on trouve 5 espèces de félins, des singes et plus de 200 espèces d’oiseaux … Mais ils devaient se cacher car le mauvais temps nous rattrapa alors que nous étions au sommet de la plus imposante pyramide. 

10551707_10204221725200223_2822558884200660096_o

Alors que le tonnerre grondait et que le ciel bleu nuit avait recouvert toute la jungle, il s’est mis à pleuvoir et avons donc dû redescendre pour se mettre à l’abri sous les imposants arbres, avons rejoint notre voiture trempés et nous avons pris la route direction Xpujil pour rejoindre notre hôtel aux allures de lodge perdu dans la jungle où les bruits des coqs et autre oiseaux nous ont accompagnés pendant notre sommeil.  Xpujil est un petit village tropical sans intérêt si ce n’est qu’il est pour le moins typique avec ses routes défoncées, ses maisons à moitié terminées, son réseau électrique vieillissant et ses bruits d’animaux en provenance de la jungle et de toute part … Autant vous dire que la nuit fut accompagnée par un orchestre d’oiseaux et même de chiens.

.

TULUM

.

Bref, ce ne fut qu’une halte repos pour ensuite se diriger vers Tulum, notre première station balnéaire de la côte du Quintana Roo, où nous avions choisi de faire escale 2 jours.
Cette 2ème semaine fut consacrée … A la mer ! Nous avons vu tout en bleu de lundi à dimanche … Et pas n’importe quel bleu ! La mer des Caraïbes est d’un magnifique bleu turquoise qui se plait à se confondre avec le ciel déjà bien bleu … Les plages font sans nul doutes parti des plus jolies du monde … Le sable est d’un blanc immaculé où on peut rencontrer quelques palmiers et cocotiers égarés … Je vous laisse imaginer la carte postale ! Cerise sur le gâteau, à Tulum on peut y trouver les seules ruines Maya implantées au bord de la mer … Imaginez, des ruines datant de milliers d’années, construites autour d’une eau turquoise, au bord de la plage et de ses nids de tortues …  C’était vraiment un paysage exceptionnel … Dommage que Tulum et la côte en général soient infestées de touristes comme nous car nous étions entourés de visiteurs contrairement au précédent sites mayas que nous avons eu le privilège de découvrir presque seuls …

.

PLAYA DEL CARMEN / COZUMEL

.
Pour continuer avec les plages de cartes postales nous avons décidé de continuer notre remontée avec une pause de 4 jours à Playa del Carmen, avec sa gigantesque 5eme avenue, digne de l’avenue du Strip à Las Vegas, où parmi la foule de touristes se mélangent vendeurs ambulants, restaurants pour toutes les bourses, échoppes, grands magasins et en contrebas une jolie plage agrémentée de quelques cocotiers, d’une eau d’un joli bleu et de quelques hôtels bétonnés.

Le paysage n’en reste pas moins charmant … Et c’est sans compter notre plongée sur l’île de Cozumel où nous avons eu la joie d’enfiler des bouteilles et tout l’attirail nécessaire à la conquête des fonds marins … Pour ceux d’entre nous qui ont déjà eu la chance de plonger auparavant, la sensation reste la même. Un moment magique ! Pas de gros poisson en vue car nous n’étions qu’à 10 mètres … Mais nous avons eu le plaisir de suivre quelque bancs de poissons multicolores, d’observer des crustacés dans leur habitat naturel et de jouer avec les pousses d’anémones qui disparaissent aussitôt qu’on approchait la main …
Ce fut 40 min de bonheur et de tympans bouchés mais que nous sommes prêts à recommencer dès que possible …

Pour la suite du séjour, nous avons simplement profité de la vie à la mexicaine … Mais la vie à la mexicaine en bord de plage … A savoir, maison au bord de l’eau, quesadillas, bières locales et bronzage. Un mélange très agréable …
Après quelques emplettes et un bronzage au top, nous sommes prêts à rentrer en France non pas sans une multitudes de souvenirs et de délires …

Nous nous sommes bien moqués de ces mexicains machos à la voix cassée que nous avons rencontrés, avons été étonnés d’entendre la chanteuse Alizee dans une des boutiques paumées de Merida, nous avons également apprécié de vivre parmi les iguanes et autres varans pendant 15 jours, nous nous sommes acclimatés comme il fallait à la moiteur tropicale où après une douche on était déjà sales, et avons apprécié la comida mexicana, la cuisine mexicaine pour le moins épicée
Ces vacances furent un savoureux mélange de tout … C’était notre recette des vacances réussies … Pyramides mayas, jungles, villages perdus, villes mexicaines et plages …

Que demander de plus ? 

10459010_10204176681474158_4366633698006496542_o

Mes petits conseils plus:

Valladolid: Notre petit havre de paix se nommait: Casa Marlene. Petit Dej succulent et personnel aux petits soins. En plus de ressembler à une hacienda Mexicaine, l’établissement est tout à fait charmant.

Merida: Nous avons séjourné à l’hotel Medio Mundo, aux couleurs des jardins de Majorelle à Marrakech. Trés bien situé et bon rapport qualité prix.

Playa del Carmen: Maison d’Alan, hôte chaleureux qui n’hesitera pas à vous donner ses astuces et tuyaux sur la région. En plus sa villa est magnifique et trés bien située.

Tatouage: c’est à Playa del Carmen que j’ai fait mon second tatouage. (Wanderlust sur la côte droite) Trés bien fait il ne m’a couté que 30€ euros. Demandez Alvaro Freire à Sea Demon Tatoo Shop.

Voiture de location: Herz. Nous avions reservé en avance pour éviter de se retrouver sans voiture à notre arrivée. (3 mois max suffisent)  Comtpoir Herz à l’aéroport de Cancun.

 


3 réflexions sur “Récit de voyage / Mexique – Road trip entre potes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s