Récit / Estonie – Un week-end à Tallinn

« On va où ? »

Une fois n’est pas coutume, je n’ai pratiquement rien planifié pour ce voyage.

Mon amie Amandine et moi voulions partir un week-end toutes les deux, quelque part en Europe, un week-end entre filles avant de célébrer mon mariage en juin prochain … 

Guidées par nos porte-monnaie, notre choix s’est arrêté sur Tallinn, capitale de l’Estonie.

En effet il faut savoir qu’au départ de Bremen (où j’ai posé mes valises en 2014) il y a un petit lot de destinations méconnues du public, ou du moins du public français, et qui valent franchement le détour. Le tout à moindre prix puisque c’est mon amie Ryanair qui assure les liaisons.


Billets en poche nous sommes parties quelques semaines plus tard  en direction de la capitale Estonienne.

18596978_10213049640132579_1954883812_o



En mai fait ce qu’il te plait !


C’est un grand soleil qui nous a accueillies sur le tarmac. Il était environ 20h.

10 degrés, un ciel d’un bleu profond, un soleil éblouissant. Pas de nuages pour assombrir ce beau paysage d’un soir de fin de printemps.

Premier contact avec la civilisation estonienne, une petite mamie dans le bus, qui nous confirma que l’arrêt où nous voulions descendre était bien le bon.

Dans le bus, je regardais autour de moi, fascinée par ce que je voyais. Petite caresse sur l’épaule comme pour me tirer de mes rêves éveillées, la petite mamie nous fit signe.



Une première découverte de la ville …



Nous avons atterri dans un quartier moderne, centres commerciaux en veux-tu en voilà, en contraste total avec la vieille ville qui se situait à quelque mètres de là, et dont on pouvait apercevoir les remparts parfaitement préservés.

Plan en main, nous nous sommes dirigées vers notre auberge de jeunesse.

Située au pied des remparts devant la splendide Eglise Kaarli, c’est une Estonienne pas vraiment pudique mais fort sympathique qui nous a accueillies.

Check in fait, nos estomacs criant famine, il a fallu qu’on trouve de quoi se restaurer.

Nous avons envie de manger exotique. Pas question de manger sur le pouce ou dans un fast-food.

Notre choix s’est arrêté sur un restaurant Russe. Nous étions dans l’ambiance !

Décoration à la babouchka et plats épicés.

Ce fut un délice pour nos papilles !

Rassasiées mais fatiguées, nous sommes rentrées nous coucher et avons entamé une bonne nuit de sommeil avant de nous préparer à l’assaut de la ville le lendemain.


18644302_10213049639932574_529409913_n


Walking Tour !

Petit déjeuner frugal avalé, notre premier choix de visite se porta sur la cathédrale orthodoxe Alexander Nevsky dont on voyait les dômes en forme d’oignons depuis le trottoir de notre auberge de jeunesse.

18678906_10213049642812646_951426535_nSituée sur une butte près d’un parc et entourée de maisons de style danois, le contraste fut saisissant !

Sans parler des petites fortifications établies en contrebas qui nous plongèrent directement dans l’époque médiévale !

Nous étions dans les jardins du roi du Danemark. A noter que différentes parties du territoire de l’Estonie actuelle furent placées à plusieurs reprises durant le Moyen Âge, entre 1206 et 1346, sous la domination du Danemark.

Ce fut un délicieux mélange visuel.

A midi, nous nous sommes jointes à une troupe de touristes pour un Free Walking Tour, animé par une jeune Estonienne répondant au nom de Lina.

Un personnage.

Je recommande à tout le monde cette petite visite gratuite de la vieille ville avec cette guide. (Se renseigner au Tourist Info pour avoir ses coordonnées).

Un mélange de culture, d’anecdotes et surtout beaucoup d’humour et d’auto dérision.

Nous avons beaucoup appris sur l’histoire du pays et de la ville.


Nos estomacs criant de nouveau famine, nous nous sommes laissées tenter par une fabrique de Pancakes à des prix défiant toute compétitivité.

Après avoir avalé un jus de pomme et un café sur la place principale, sous les rayons presque chauds du soleil de mai nous avons continué notre découverte du dédale de ruelles qu’est le centre Tallinn.

18685734_10213049640332584_763374450_n

Des hipsters à Tallinn …



Nous avions entendu parler du quartier des hipsters par notre guide. Sans grande conviction nous nous sommes lancées à sa recherche en suivant le chemin de fer abandonné à la sortie de la vieille ville.

C’est au bout du chemin que nous sommes arrivées dans ce que je qualifierai d’un autre monde.

Des pubs et des restaurants d’un autre genre, des magasins arts déco branchés, le tout écrit soit en estonien soit en russe. 

Et puis cette brasserie bar là. Construite sur le terminus.

Elle est d’ailleurs entièrement décorée dans le style rétro, les tables et les chaises sont en fait des fauteuils et des tables de train, aménagées dehors entre deux wagons. L’un des wagons sert d’ailleurs de cuisine, et par mauvais temps il est possible de s’assoir dans l’une des banquettes du train et de regarder à travers la fenêtre du wagon le paysage qui reste immobile.

Magique. Déconnecté du monde.

18685263_10213049743895173_1864666365_n

Légende: A gauche Annabelle / A droite Amandine au quartier des Hipsters


Et puis, nous avons suivi les rails du retour, puis avons traversé la vieille ville, acheté  de quoi subvenir à nos estomacs criant famine dans un supermarché local, et sommes rentrées à l’auberge.


Une nouvelle journée …



C’est après une bonne nuit que nous avons cette fois décidé de prendre notre petit déjeuner en ville.

Ayant faim de pancakes, nous nous sommes dirigées vers le restaurant de la veille.
Pancakes ingurgités, nous avions envie de prendre un peu d’air. De l’air frais.

Nous sommes alors parties en direction de la mer.

Le bus qui nous emmena jusque-là était presque plein.

Une mamie nous indiqua le bon arrêt.

Juste pour être sûres qu’on ne descendait pas au mauvais endroit.



Un après-midi à la mer 



Et le bon arrêt c’était le musée en plein air de la ville.

Quelque peu reculé, une bouffée d’iode se faisait ressentir à mesure que nous traversions le parc.
Moulins, maisons en toit de chaume, verdure, petits étangs … et enfin … la mer !

Nous avions une vue imprenable sur la baie de Tallinn.

Et au loin un îlot rempli d’arbres.

Des ferries voguaient en direction de la Finlande. Nous nous posâmes quelques instants.
A contempler l’horizon.

La mer.

C’était paisible et bien loin de l’agitation de la ville bien que Tallinn est relativement calme comparée à sa voisine lettone.

Nous avons même osé toucher du bout des doigts la mer qui s’est révélée être relativement bonne.

Du moins près du rivage.



Fringale !

Ayant fait le plein d’iode, nous nous sommes dirigées vers le restaurant local du musée situé à la lisière d’une petite forêt.

Une grande cabane en en bois, à l’ancienne, serveuses habillées local.

Les tables étaient géantes, des tapis rouges ornaient les murs, et une dame s’affairait à son tissage dans un recoin de la pièce principale.


Nous prîmes alors position dehors.

18679097_10213049640252582_380452782_n

Gâteau à l’orge et jus de pomme maison avalés nous étions pleinement ravies de ce week-end en pays estonien.

C’était sans compter la fin du voyage.

Je ne l’avais pas vu venir celle-là.  



Je sors mes griffes !



Une famille de Russie. Deux parents ainsi que leurs enfants. Ils mangeaient à l’une des tables du restaurant, lorsque le chat du musée visiblement habitué au contact des visiteurs réclama son besoin d’affection quotidien.

Il s’approcha alors de la famille.

Un des enfants voulut toucher le félin au pelage roux.

C’est là que j’ai entendu le patriarche de la famille s’exacerber. Pour ne pas dire crier.

Je n’ai bien sûr pas compris un mot de ce qu’il disait, mais le sens était clair, l’enfant ne devait pas toucher le dit-félidé.

Parce qu’il était allergique je pense.

Alors le père se leva et donna avec vive agressivité un coup de genou dans le chat qui partit  à toute allure.


Pour ceux qui me connaissent, et ceux qui ne me connaissent pas vous l’apprendrez, je ne supporte pas l’injustice. Surtout quand c’est la loi du plus fort qui est donc injustement prônée.

J’ai donc commencé à montrer mon mécontentement. Je ne parle pas russe. Pour qu’ils me comprennent j’ai commencé par grommeler à voix haute.

Puis le père m’a répondu. Que dis-je, m’a crié dessus pour exprimer son désaccord.

Je suis allée chercher une des serveuses et ai expliqué la situation. Elle ne parlait pas bien l’anglais.

C’est là que les deux parents ont vu rouge.

Ils se sont levés de leur table, et dans un mélange de cri en russes et en anglais j’ai pu intercepter cette phrase ridicule: « do you want my son to die »

Nous sommes parties. Nous ne pouvions pas discuter.

Bien entendu l’enfant est prioritaire si j’ose m’exprimer ainsi. Mais je pense qu’il y a mille autres façons de faire partir un animal inoffensif qui dérange.
(Ne vous inquiétez pas, je ne fais aucune généralités sur les Russes, j’accable seuleument ces personnes là, peu importe leur nationalité).

Ne voulant pas finir sur cette note, nous sommes rentrées, et avons pour notre dernière soirée fait quelques emplettes et avons profité du spectacle au crépuscule que la ville avait à nous offrir.


Un délicieux parfum de début d’été régnait  sur la ville.


On me demande maintenant si j’ai préféré Riga capitale de la Lettonie ou bien Tallinn.



Difficile d’y répondre. Les deux villes sont à la fois similaires, et proches.

Ce que je peux vous répondre, c’est que j’ai hâte de visiter Vilnius en Lituanie !


18718406_10213049639972575_874893430_n
Et vous, avez-vous déjà visité une des 3 capitales Baltes ? Qu’en avez-vous pensé ?


7 réflexions sur “Récit / Estonie – Un week-end à Tallinn

      1. Super. Helsinki j’ai été un peu déçu peut être parce que j’y suis allée pendant l’hiver et qu’il y avait 1 m de neige dans les rues. Il faudrait que j’y retourne en été pour voir.

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s